• Rencontre avec Antigone Schilling

     

    Le jeudi 02 février dernier, Antigone Schilling est venue parler de son parcours et partager quelques anecdotes avec les Master 1 de l’Université de la Mode. Spécialiste de l’art, du Japon, créatrice de la revue Faux Q, cette personnalité disposant d’innombrables casquettes et dotée de connaissances et d’un réseau que l’on pourrait lui envier, s’est déplacée jusqu’à Lyon pour une rencontre très enrichissante. 

     

    Rencontre avec Antigone Schilling

    Source : http://www.fragrancefoundation.fr

    Aujourd’hui grande connaisseuse du secteur de la mode et des créateurs en tous genres, Antigone Schilling n’a cependant pas toujours été spécialiste des tendances. Luxembourgeoise ayant grandi en Belgique, elle a décroché une maîtrise en histoire de l’art puis s’est rendue à Paris afin d’y étudier les langues orientales. D'abord indécise entre le chinois et le japonais, elle finit par choisir la seconde langue, choix qu’elle n’aura jamais regretté.

     

    Grâce à ses savoirs en matière de japonais, elle a découvert le monde professionnel de la mode à 28 ans, étant auparavant plus familière avec la parfumerie, lorsqu’elle s’est mise à rédiger des articles pour Vogue. Mais, plus que Vogue, c’est une tenue de Sonia Rykiel, valant alors à l’époque 26 000 francs belges, qui lui a fait aimer ce domaine. Elle va ainsi renforcer son intérêt pour la beauté, la parfumerie et la mode grâce à sa venue au Japon, où elle a enseigné l’histoire de la mode, notamment à l’Institut franco-japonais de Tokyo jusqu’en 1992. Puis, après le Japon, Antigone Schilling s’est rendue à Londres où elle a continué d’écrire des articles pour des magazines français (elle est encore actuellement responsable des parfums pour les Editions Jalou (L’Officiel, Jalouse…) et où elle devient professeure à la St Martin’s School jusqu’en 1997. Elle est depuis à l’Université de Paris-Est-Marne-la-Vallée, où elle transmet ses connaissances en matière d’histoire, de parfum et de marketing au sein du Master Innovation Design et Luxe.

     

    La mode est devenue une part importante de sa vie : elle a par exemple assisté au premier défilé de Yohji Yamamoto, connaît Rei Kawakubo et Sonia Rykiel, Jean-Paul Gaultier et est une collectionneuse de pièces de couture… Toujours intéressée par l’écriture après de nombreuses publications au sein de la presse ou hors presse et des activités de styliste et modiste, elle a lancé une revue appelée Faux Q, extrêmement visuelle, remplie d’intelligence et de culture, qui est thématique et « un poil dadaïste ». Son immense travail rédactionnel lui a d’ailleurs valu d’être nommée Chevalier des Arts et des Lettres en 2016.

     

    Afin d’aller plus loin, l’équipe du blog lui a posé quelques questions, afin de découvrir un peu plus son parcours et sa personne :

     

    Que pensez-vous de la mode aujourd'hui ? Quel est le créateur le plus prometteur à vos yeux ?

    La mode se répète un peu trop aujourd'hui. La création est un peu en panne, À force de dire aux créateurs qu'ils doivent penser à vendre (même si c'est important), le "produit"  a remplacé la création. J'aimerais que la plus prometteuse soit Iris van Herpen.

     

    Pourquoi avez-vous une si grande fascination pour le Japon ?

    Parce ce que l'esthétique japonaise est à l'opposé de notre héritage grec (magnifique mais...) avec un goût pour l'imperfection, l'accident (voir la technique du kintsugi), l'asymétrie.... Et en mode la distance avec le corps...

     

    Selon vous, qu'apporte Faux Q au journalisme ?

    J'espère que nous apportons une touche de fantaisie, d'humour, un poil de dadaïsme dans un monde formaté et de plus en plus creux (aussi).

     

    Quels sont vos 5 vêtements préférés ?

    Aïe ! 5 seulement ! Un Comme des garçons évidemment ou un ensemble à bosses qui m'a valu une photo dans le Vogue US ou la robe en plastique transparente avec des motifs scoubidous floraux. Le gilet en assiettes cassées de Martin Margiela. Un manteau en forme de cible à cercles concentriques de Jean Rémy Daumas. Le manteau John Galliano avec broderies et attaché d'une corde. La robe plissée de Miyake ronde bicolore gris et noir avec trois ouvertures ...

     

    Quels sont vos 3 parfums phares ?

    3!!!! J'en prends 5. Fracas (Piguet), Sables (Annick Goutal), Cuir améthyste (Armani privé), Brin de réglisse (Hermessence), Géranium pour monsieur (Dominique Ropion chez Frédéric Malle)...

     

    Avez-vous une anecdote originale en compagnie d'un créateur à nous raconter ?

    Avoir eu l'autorisation de prendre Martin Margiela en photo et qu'il s'en souvienne 10 ans plus tard...

     

    Une personnalité édifiante et très intéressante qui, pourtant, pense que « la mode n’est pas à la création aujourd’hui »…

     

    Voici le lien vers le blog d'Antigone Schilling : http://blog.slate.fr/anti-blogue-la-mode/

     

    Francis


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :