• Les Soieries Roger Cheval, une pépite de l'industrie textile à préserver

     L'usine de Soieries Roger Cheval, une pépite de l'industrie textile à préserver

     

    Des paillettes du sol au plafond, des soieries à perte de vue, et surtout, des motifs tous plus extraordinaires les uns que les autres. Attention les yeux, la Caverne d’Ali Baba se trouve en réalité à l’usine de Soieries Roger Cheval.

    L’histoire commence en 1936, avec la création de l’usine par le grand-père de Franck Romestant, le dirigeant actuel. Les Soieries Roger Cheval sont donc un héritage familial et cela se voit dès l’entrée de  l’usine : ici la création se fait de manière artisanale, et c’est là tout le gage de qualité et le charme de la maison.

    L’entreprise travaillait au départ dans le domaine de l’impression, pour les tissus d’ameublement seulement. Cependant, avec la crise et l’évolution constante, l’entreprise s’est  dirigée vers la mode et le développement de produits finis. C’est bien la seule chose qui a changé, et c’est de là que l’entreprise tient sa réputation. Les tables de 45 mètres de long sur lesquelles sont étalés les tissus, sont celles d’origine, tout comme les rames à picot ou encore les fours. Rien d’industriel et pas de travail mécanique. La maison compte huit ouvriers fidèles qui se forment constamment pour s’adapter aux nouvelles demandes. C’est cette expérience qui fait que les entreprises s’intéressent à eux.

     

    L'usine de Soieries Roger Cheval, une pépite de l'industrie textile à préserver

     

    L’entreprise utilise toujours de façon manuelle la technique de l’impression au cadre à la lyonnaise. Le cadre est aussi utilisé pour le flocage des tissus. Il faut tout d’abord graver un cadre à partir du motif, ces cadres sont aujourd’hui conservés ce qui constitue une véritable mémoire pour l’entreprise. Aujourd’hui, sur la région lyonnaise, il reste un seul graveur. Le motif est ensuite imprimé sur les tissus à l’aide du cadre à la manière d’un pochoir. Certains motifs sont quant à eux peints à la main grâce au savoir-faire inimitable des employées de la maison. Le tout est ensuite passé à l’étuve pour fixer les couleurs. Les tissus sont majoritairement en soie. Le fil est acheté à l’étranger, mais il est tissé et coloré en France, et tout ce qui est sous traité se fait également dans notre pays. Le Made in France est très cher à l’entreprise Roger Cheval, qui  veille à préserver des savoir-faire ancestraux.

    L’entreprise ne travaille pas avec des bureaux de style, mais est à l’écoute des tendances coloristiques et des grandes lignes à suivre. Les motifs sont quant à eux inventés ou achetés en Italie. En dehors de la mode et l’ameublement, l’entreprise s’est spécialisée dans les robes de mariées et l’évènementiel avec des clients dans le monde du cirque ou du cabaret.  

    Le salon Première Vision de Paris où sont présentés chaque saison les nouvelles collections de tissus constitue un moment clé  pour l’entreprise.  C’est lors de salon que les clients choisissent les  matières premières qui  formeront leur future collection de vêtements. Si l’entreprise Roger Cheval est unique, c’est qu’elle est la seule à pouvoir encore réaliser certaines commandes, du fait de son matériel artisanal, l’entreprise travaille par exemple actuellement pour un projet avec le Château de Versailles. Mais la disparition croissante des industries textiles à Lyon complique les choses.

     

    L'usine de Soieries Roger Cheval, une pépite de l'industrie textile à préserver

     

    Auparavant, la région lyonnaise était l’une des plus réputée dans le domaine du textile ; mais celle-ci n’a pas su garder sa force. 60% des entreprises ont disparu, et aujourd’hui, les clients vont principalement en Italie. L’évolution constante rend les choses plus compliquées maintenant. Pour garder les clients, il faut se réinventer sans cesse, et la créativité n’est pas toujours chose évidente. De plus, la notion d’entraide entre les usines tend elle aussi à disparaître au fil des années. De ce fait, à ce jour, tout est fabriqué sur commande, et beaucoup de produit (70%) sont exportés vers l’Asie, l’Europe ou encore le Moyen-Orient.

    Malgré ce contexte économique pas toujours favorable, l’entreprise Roger Cheval travaille pour les plus grands de la couture, et avec son savoir-faire inimitable, possède encore de belles heures devant elle.

     

    L'usine de Soieries Roger Cheval, une pépite de l'industrie textile à préserver

     

    Merci à la famille Romestant pour cette belle histoire, et pour nous avoir permis de visiter son univers.

     

    Soieries Roger Cheval

    14 rue du Platre
    69360 St Symphorien d'Ozon

    L'entreprise de Soieries Roger Cheval sera présente lors du salon Première Vision qui se déroule à Paris du 14 au 16 Février 2012 au Parc d'Exposition Paris Nord Villepinte. 

     

     

    Delphine B.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :