• EXPOSTION : Fashion Mix Mode d’ici, créateurs d’ailleurs au Musée de l’Histoire de l’Immigration

     

    Mode d’ici, créateurs d’ailleurs au Musée de l’Histoire de l’Immigration

    PAR :  Alice CHERRY 

    EXPOSTION : Fashion Mix  Mode d’ici, créateurs d’ailleurs au Musée de l’Histoire de l’ImmigrationDu 9/12/2014 au 28/06/2015

    Tarif : gratuit pour les moins de 26 ans et pour tous le premier dimanche du mois

     

    Classés par pays d’origines, les créateurs et artisans de tous horizons, ont tous travaillé à Paris et écrit l’histoire de la mode française, de la fin du XIXème siècle à nos jours.

    Les différents « pôles », qui juxtaposent des pièces de créateurs de même origine, permettent d’observer et d’analyser les similitudes et les distinctions qui émanent de leur travail. Les anglais Vivienne Westwood et John Galliano, se réfèrent de manière récurrente à l’histoire du costume et mélangent cela à une extravagance sexy et rebelle qui semble représentative de l’Angleterre.

    Chacun apporte les techniques, couleurs et formes de son pays et enrichit ainsi la Haute Couture française, comme Cristobal Balenciaga en amenant ses volumes démesurés et ses couleurs flamboyantes aux inspirations hispaniques. Six broderies de la maison russe Kitmir, entre 1922 et 1928, sont présentées et témoignent du savoir-faire des artisans brodeurs de l’est de l’Europe. 

    D’autre part, il y a des interactions entre créateurs d’origines différentes. Le fameux Pleats Please d’Issey Miyake, que l’on retrouve sur une robe multicolore de l’exposition, n’est pas sans rappeler les plissés de l’espagnol Mariano Fortuny figurant également dans Fashion Mix. La japonaise Rei Kawakubo collabore avec Oyama Ricardo Isumi, un artiste italo-japonais, qui apporte un peu de son histoire à la robe tags.

     

    EXPOSTION : Fashion Mix  Mode d’ici, créateurs d’ailleurs au Musée de l’Histoire de l’Immigration

     

    D’autre part, certain des créateurs choisis, ont révolutionné le rapport à la mode en remettant en question les concepts établis. Certaines pièces emblématiques de ces nouvelles réflexions nous sont présentées, comme les célèbres robes de l’espagnol Paco Rabanne. Ce dernier a remis en cause dès le début des années 1960 la définition du vêtement purement textile avec assemblage par couture, en fabriquant des vêtements constitués des pièces métalliques ou plastiques, fixées les unes aux autres par des rivets. D’autres encore, comme les japonais Issey Miyake et Yohji Yamamoto ont littéralement fait scandale en présentant des pièces aux formes aléatoires, comme inachevées, faisant réfléchir sur la visée conceptuelle du vêtement et lui conférant une dimension plastique, presque sculpturale.

    Enfin, sont exposés, des documents incroyables et incongrus comme la demande de nationalisation de l’italienne Elsa Schiaparelli en 1921.  ß-

    EXPOSTION : Fashion Mix  Mode d’ici, créateurs d’ailleurs au Musée de l’Histoire de l’Immigration

     

    Pour vous documenter autour de l’exposition, voici une interview d’Alexandre Samson, responsable des recherches au Palais Galliera.  

    EXPOSTION : Fashion Mix  Mode d’ici, créateurs d’ailleurs au Musée de l’Histoire de l’Immigration


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :