• Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.

    Partie III : Paris

    Pour finir avec ce tour d’horizon des semaines de la Mode, nous nous arrêtons à Paris.

     

    Cette Fashion Week est connue pour posséder les marques les plus prestigieuses et luxueuses de la planète. Ainsi que les couturiers les plus talentueux. 

    Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris. Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris. Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris. Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.

    Nous commençons par ce qui est sûrement la collaboration de l’année : Louis Vuitton et Supreme. Les deux marques se sont déjà rencontrées il y a plus de dix ans mais pas dans le même but. La marque de skate new yorkaise s’était fortement inspirée du monogramme du malletier français pour la réalisation de planches de skate. Louis Vuitton avait alors porté plainte contre Supreme. Aujourd’hui les deux marques se sont rabibochées et signent une collaboration transculturelle.

       Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.   Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris. 

    Balenciaga, dirigé maintenant par Demna Gvasalia de Vêtements, nous a proposé cette année une collection sous forme de message politique et d’appartenance. Appartenance à Bernie Sanders avec ce logo inspiré par le politicien américain et par l’utilisation du symbole du groupe auquel appartient Balenciaga : Kering. On remarque l’énorme travail effectué sur les chaussures.

       Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.   Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.

    La grande déception de cette fashion week nous vient cependant de Dries Van Noten, qui nous avait habitués à des collections remplies de romantisme et de références artistiques. Entre les fleurs et les broderies, on découvrait sa collection comme on lit une poésie. Malheureusement, le Belge a lui aussi cédé à ce style urbain et sportwear en vogue ces derniers temps. Le résultat ne fonctionne pas du tout.

     

       Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.   Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.

    Regardons à présent du côté des Japonais qui, comme toujours, nous proposent des collections réussies. De Yohji Yamamoto à Comme Des Garçons en passant par Sacai et Undercover, la mode japonaise joue toujours juste. 

    Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.

    Mais un défilé s’est détaché : celui de Kolor. Marque plutôt récente créée par le mari de Chitose Abe, créatrice de Sacai, Junichi Abe. Quoi de mieux qu’une phrase du designer pour résumer sa collection : « Sophistiquée mais avec quelque chose de négligée, de dirty voilà l’idée. » La maîtrise des couleurs, des coupes, des détails ainsi que des matières montre une nouvelle fois que Kolor assure la relève japonaise.

       Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.   Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.

    Parmi les grandes maisons deux sont sorties du lot : Lanvin et Dior Homme.

    Lanvin, contrairement à Dries Van Noten, a su réinterpréter avec succès l’air du temps. Écharpes de football, capuches, knitwear et coupes oversize Lucas Ossendrijver parodie gentiment et avec respect les maisons de luxe qui ont recours au logo. Il remplace donc le logo Lanvin par « Nothing » ou « There is Nothing ». 

     

     

       Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.   Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.

    Dior Homme, dirigé maintenant depuis plus de dix ans par Kris Van Assche, a délivré sa collection inspirée des rave parties. Le créateur belge, comme souvent, nous propose une réinterprétation du costume masculin. Il constate que les jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus mettre de costume et leur propose donc une idée du nouveau tailoring. Les chaussures sont comme toujours essentielles aux défilés Dior Homme. 

     

       Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.   Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.

    Le coup de cœur de la rédaction du blog est le défilé de l’américain Thom Browne. Divisée en trois thèmes comportant la même base, à savoir le costume gris, le directeur artistique de Moncler Gamme Bleu nous a présenté une collection des plus singulières de la Fashion Week parisienne. Le premier thème est composé de combinaisons et d’échasses/sabots, le second thème de patron en 2D et le dernier thème d’un tailoring asymétrique/déstructuré.

      Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.  Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.  Bilan Fashion Week Masculine : Londres, Milan, Paris.

    Voilà qui clôture la Fashion Week masculine 2017. On a pu voir l’usage de la technicité et des logos dans de nombreuses collections ainsi qu’une retransmission de la vision actuelle de nos sociétés. Des messages anti-Trump/Brexit, aux références militaires en passant par un monde post apocalyptique pour finir avec une volonté de retourner sur quelque chose de plus concret. Voilà les enseignements que nous a donnés cette semaine de la mode. 

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :